C’était un matin, maintenant je ne pourrais plus dire lequel . Je ne me rappelle plus la periode de l’année . Mois de juin peut être.

- Qui était là ?
- Il y avait Carole, Ophélie …
- et qui était la troisième personne ?
- Laura, peut-être.

La veille nous étions ensemble. Elles m’ont dit :

- on prend le petit déjeuner ensemble demain ? tu viens nous reveiller ?

Le matin j’étais enthousiaste. Je me leve tôt, vais chercher des croissants et sonne chez Carole.. Elle habitait au 13éme étage, dans un quartier un peu sinistre. Il y a beaucoup de vent ce jour là. C’est la tempête. Il doit être relativement tôt. Lorsque j’arrive à l’appartement, la porte est ouverte mais il n’y a personne.Ça sent une odeur étrange. Il n’y a pas de bruit. Je vais ouvrir les portes fenêtres pour faire partir l’odeur. Je me dirige vers la chambre. Elles sont toute les trois endormies . ll y a des courants d’air car la fenêtre de la chambre de Carole est ouverte. Sa carte de Vienne qui ne tenait que par une petite punaise, fait des vas-et-viens sur le mur. Je retourne dans le salon. L’appartement est dans un bordel incroyable . Malgré cela je reste et me dispose un petit coin pour bouquiner en attendant leur reveil.
J'avais cette sensation très forte de me sentir ailleurs que dans un appartement .

- Il y avait quelque chose de marin.