le cinéma suicide les fétiches, les images en prenant le risque de les mettre en scène en les fixant pour l’éternité. (…) chaque film laissera son lot de peaux mortes.

retour au récit

- Cocteau et le cinéma désordres. Philippe Azoury et Jean Marc Lalanne. Paris. Éditions du cahier du cinéma et du centre Pompidou. 2003.191p.