ESTELLE,
(rouvre les yeux et sourit.)
Je me sens drôle.
(Elle se tâte.)
Ça ne vous fait pas cet effet-là, à vous : quand je ne me vois pas, j’ai beau me tâter, je me demande si j’existe pour de vrai.






















Jean Paul Sartre. Huit-clos. Paris. Editions Gallimard.1947. 95p.